Retour sur la rencontre avec Simon Rayssac à la Maison des écritures

samedi 11 décembre 2021
par  Ronan MAREC

Les 9 et 10 novembre 2021, l’équipe de la CPES-CAAP ainsi que les étudiant.es ont pu rencontrer artistes, poètes, écrivains et enseignant.es réunis à l’occasion du colloque Dits, Écrits et Pratiques Artistiques. Retour sur la rencontre avec Simon Rayssac, artiste peintre basé à Bordeaux.

Exposition Haut Le Coeur avec Ludovic Beillard, Escalier B, Bordeaux, 2016
Simon Rayssac et Ludovic Beillard

Simon Rayssac a étudié aux beaux arts de Bordeaux, principalement la sculpture, et l’installation. Cette formation aux beaux-arts a constitué pour lui ce qu’il appelle une grande "boîte à outil" pour sa pratique future, qui lui a permis de structurer sa pensée. Pourtant, par la suite, c’est la peinture qu’il commence à pratiquer sans avoir réellement eu de formation en la matière. Simon Rayssac aime peindre, et c’est en cela qu’il est peintre. Il ne voit pas la peinture comme autre chose que ce qu’elle est, et se résout à ne pas dépasser le motif, car c’est là le travail d’un peintre.
On retrouve d’ailleurs la nécessité de créer dans sa peinture, qu’il appréhende en quelque sorte comme une sorte de "pulsion".

2016 Grille patouille, gouache et huile sur toile 140x100cm
Simon Rayssac

Le format est d’une grande importance pour lui : grâce à lui, il se plaît à multiplier les sujets, à les "lisser" entre eux. Au même titre que l’artiste Louise Aleksiejew qui le précédait durant le séminaire, "il faut que ça loge". En effet, le format souvent choisi par l’artiste soit 46x55 cm, pourrait nous apparaître comme une contrainte. Mais en réalité, Simon Rayssac n’a pas pour but de cadrer, de délimiter son geste pictural mais plutôt de se servir du format comme d’un levier, d’une chose qui le pousse à créer.

Deux cafés, l’addiction, 2021, huile sur toile, 46x55cm
Simon Rayssac

Il a également écrit "Tout l’Univers en 46x55 cm", avec 4 remarques entremêlées, une série de courts poèmes donnant encore plus de vie à ses toiles, ainsi qu’un épilogue par Catherine Pomparat. Ceci, accompagné de certaines de ses peintures en petits formats lui rappelant "les fameuses petites cartes Poulain".

Tout l’univers en 46x65 cm
Simon Rayssac

Il élabore, peut-être malgré lui, un protocole économique dans son travail : les petits formats lui permettent de réaliser des séries. Simon Rayssac est simple, et c’est en cela qu’il est un bon peintre. Un fond, une forme, un geste, c’est là qu’est son art selon lui. Il produit une peinture qui fait du bien, qui procure la joie, et non pas qui consume et prend toute l’énergie de l’artiste, car Simon Rayssac n’est pas un artiste appréciant le labeur. Ses peintures sont rapides, réalisées le plus souvent en une journée. Il peint le matin, ou alors en journée, cela dépend : mais dès lors qu’il décide que son travail prend fin, alors il sort de l’atelier. Et lorsqu’il ouvre la porte de celui-ci le lendemain, c’est comme si la Terre recommençait à tourner.

La paile et la poutre, 2021, huile sur toile, 46 x 55cm
Simon Rayssac

Un article sur Simon Rayssac sur le site Boumbang

Texte de Enora Louail et Anaïs Minien


site personnel de Simon Rayssac

Infos Site

Mise à jour

mercredi 18 mai 2022

Publications

454 Articles
Aucun album photo
1 Brève
Aucun site
366 Auteurs

Nombre de visites

1335 aujourd’hui
931 hier
2978208 depuis le début
68 visiteurs actuellement connectés